Légibase marchés publics par l'éditeur Berger-Levrault

publié le 3 mars 2010 à 02:47 par G re   [ mis à jour : 11 mars 2010 à 08:45 ]
Le monde de l'édition juridique en lien avec les marchés publics ne cesse de devenir plus concurrentiel. Un nouveau service en ligne a récemment ouvert chez l'éditeur Berger-Levrault (je note la première newsletter à novembre 2009). Le service porte le nom de Légibase (http://www.legibase-marchespublics.fr/)
 
Parmi les éléments, bien sur des rubriques payantes mais également des rubriques gratuites comme un code des marchés publics commenté ainsi qu'un service de veille juridique http://www.legibase-marchespublics.fr/home.jsp.
 
Au programme, des fiches de procédures, fiches pratiques, modèles et "questions réponses" . Apparemment un service orienté pratique? (je ne m'avance pas trop car du coup, je n'ai pas vu concrètement à quoi ressemble une fiche et trop souvent, la fiche rappelle les articles du code, la jurisprudence, ce qui n'a rien de pratique). Tout cela reste d'un point de vue technique assez sommaire pour le moment, et je ne peux même pas communiquer sur le prix de l'abonnement (il faut obligatoirement s'inscrire pour accéder à l'abonnement en tant que tel...)
 
Le nombre de service de ce type, d'ouvrage en matière de marché public augmente sans cesse et ce marché me paraît surexploité. Il faudra sans doute faire preuve d'originalité (certains semblent développer du gratuit pour engranger plus d'abonnements) pour acquérir des abonnés. D'autant que, et je l'avoue sincèrement, des initiatives comme la mienne ou celle de  L'encyclopédie libre des marchés publics à laquelle je contribue (enfin, disons plutôt je commence à contribuer) "cassent" le marché.
 
Personnellement, mon objectif n'est pas de concurrencer ces services, mais simplement d'utiliser ce site comme moyen d'améliorer les résultats de mon travail quotidien. En effet, malgré la multiplication de ces services, offres juridiques , l'analyse quotidienne d'offres et la lecture de DCE ici et là me démontrent que quelque part, l'information ne passe pas. L'exemple le plus flagrant que je vis en ce moment: la dématérialisation. Malgré les fiches de la DAJ, le relai incroyable des informations par copier coller sur tous ces sites d'informations juridiques, on se retrouve encore avec parfois 3/4 des offres dématérialisées irrégulières (signature éléctronique irrégulière, pdf signé à la main, il manque un fichier et on tente de l'envoyer par mail après). C'est "inacceptable" ou au moins regrettable et cela fait perdre de l'argent au secteur public, la privant potentiellement de bonnes offres. A cet égard, je vais m'atteler à un petit guide pratique de la dématérialisation pour expliquer avec des mots simples (et le plus juste possible, quitte à faire l'impasse sur des concepts juridiques)sur la dématérialisation en disant les choses telles quelles sont (par exemple qu'en pratique, il n'existe pas une procédure dématérialisation mais malheureusement "des procédures de dématérialisation", le mode de recherche des consultations étant différent selon les plateformes, les informations à remplir également, les risques encourus pour une simple erreur dans son mail  du fait de la non obligation de s'identifier etc...)
Comments