Les marchés publics à l’ère du web 2.0 ?

publié le 23 avr. 2010 à 03:09 par G re
En me connectant à l’android market via mon smartphone, j’ai pu constater que la mairie de Trézalé était sans doute la première à avoir développé une application spécifique pour les téléphones android. En creusant un peu, je me suis rendu compte que la mairie était à la pointe du web 2.0 avec une adaptation forte sur mobile, twitter, facebook, android et sur l’iphone. Voir les liens ci-dessous:
· L’application iPhone de Trélazé (www)
· L’application Androïd de Trélazéwww 
  La page facebook de Trélazé (www)
· Le compte twitter de Trélazé : mairie_trelaze (www)
· Le site internet mobile de Trélazé (www)

Si devais prendre ma casquette de chroniqueur sur un site IT, je pourrais dire qu’il s’agit d’un très bon travail, sans parler de l’excellente diffusion sur internet des applications/sites.

Pour une ville de 12 000 habitants, un tel déploiement m’a tout de même surpris. En me rendant sur le site de la dite ville fortement dotée coté web, ma surprise fut à sa comble lorsque j’ai découvert « des publicités » sur ce site internet et la mise en place d’un véritable système de régie publicitaire. (http://www.trelaze.fr/Annonceurs.html)
Incroyable ! Cette petite ville de 10 000 habitants a soulevé d’un seul coup un grand nombre de questions juridiques marché public IT que je me pose depuis quelques temps. Comment, dans le cadre de la valorisation du patrimoine immatériel de l’Etat envisager la publicité ? Peut-on le faire ? Dans quelles conditions ? Est-ce compatible avec la réglementation en vigueur ? Ne peut-on pas transposer les pratiques liées au mobilier urbain à l’internet ?

Si je me pose ces questions depuis maintenant quelque temps, étant donné la lenteur (voir l’absence) de(s) réflexion(s) sur le sujet (les juristes dans leur ensemble ayant plus tendance à commenter/critiquer qu’à proposer, surtout dans le cadre des marchés publics, mais sans doute est ce du à l’assimilation juriste=support = pure validation administrative), je ne pensais pas les voir surgir aussi rapidement.

Au-delà de la publicité, concernant le Web 2.0, comment intégrer dans une procédure de marché public le fait qu’une application peut ne pas être validé par un tiers, à savoir par exemple apple (qui valide ou pas une application) (exemple, je paie pour la réalisation d'une application iphone, et l'application est refusé par apple, cas d'école, mais bon...)

Si la Mairie de Trézalé est à la pointe de la technologie web, je doute en revanche qu’elle se soit posée toutes ces questions sous un angle juridique. Mais il faut certainement d’urgence se les poser, car il se pourrait que cette pratique isolée soit la règle dans quelques années. Et ces questions ne sont pas simples dans le sens où elles mêlent « plusieurs droits » et vont nécessiter une bonne pratique, connaissance de tous les intervenants et des évolutions potentielles à venir. Il me faudrait beaucoup de temps pour développer tout cela, mais j’espère y être confronté un jour pour creuser ces questions et inventer de beaux CCP.
Comments